Sauf décision contraire du juge, cette dévolution intervient automatiquement même si les parents étaient séparés ou si le survivant a été privé de l’exercice de l’autorité parentale par l’effet d’un jugement .Toutefois, dans des circonstances exceptionnelles, le juge aux affaires familiales, qui statue dans le cadre d’une séparation sur les modalités de l’exercice de l’autorité parentale, peut décider qu’en cas de décès de celui qui exerce l’autorité parentale, l’enfant ne sera pas confié au parent survivant.