Tant que le divorce prononcé n’est pas définitif, et sans testament ex­cluant le conjoint de la succession, ce dernier reste l’un des héritiers.

Le concubin survivant n’a donc a priori aucun droit sauf si un testament est réalisé en sa faveur.