Les personnes âgées et les enfants en bas âge sont souvent les plus vulnérables et les plus touchés. Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, voici la check-list des précautions à prendre.

1. Anticiper les chutes

Poussés par une curiosité sans faille, les enfants aiment explorer leur environnement qui se résume, pour eux, à une grande aire de jeux. Et celle-ci est truffée de dangers. Il n’est guère étonnant que la chute soit l’accident le plus commun chez les enfants, mais elle ne touche pas qu’eux. Les personnes âgées peuvent aussi en être victimes avec des répercussions sou-vent à long terme. Les chutes sont, malheureusement, la première cause d’accidents mortels chez nos seniors.

Pour éviter à votre enfant une dégringolade impromptue, mieux vaut avoir sécurisé le terrain en amont. Escaliers, lits d’enfants, fenêtres : faites le tour du propriétaire pour vous assurer d’avoir pris toutes les précautions possibles avant de laisser gambader votre enfant. Ensuite, prenez-le avec vous pour lui faire comprendre les dangers qui règnent. Un enfant les com-prend, mais il n’en a pas forcément conscience.

Les chutes et les enfants
58 % des enfants de moins de 5 ans qui sont victimes d’accidents domestiques présentent un traumatisme crânien ou des lésions au visage, quand 1 accident sur 2 est dû à une chute de leur propre hauteur.

En ce qui concerne nos aînés, il faut réfléchir en amont aux facteurs qui pourraient entraîner une chute : troubles moteurs, prise de médicaments, hypotension ou encore capacités sensorielles altérées par le vieillissement. Les personnes doivent être conscientes de cela et anticiper une éventuelle chute en adaptant le logement à une sécurité optimale.

2. Prévenir les brûlures

Four trop chaud, eau frémissante ou cheminée d’hiver, la maison regorge d’endroits où les brûlures peuvent être source d’accident. La pièce la plus dangereuse est sans conteste la cuisine. Ne laissez jamais votre enfant jouer à côté de vous à cet endroit, car il suffit de 3 secondes à peine pour qu’il soit brûlé au 3e degré.

Les brûlures les plus courantes sont toujours dues aux mêmes causes :

  • Plaques de cuisson longues à refroidir.
  • Porte du four non isotherme.
  • Poignées de casserole non retournées.
  • Chute avec une casserole d’eau bouillante.

Évitez les risques en anticipant les causes et en ne gardant qu’une chose à l’esprit : ne laissez pas votre enfant dans les parages !

3. Éliminer intoxications et étouffements

C’est bien connu : la plupart des enfants mettent tout à leur bouche ! Veillez à mettre hors de portée tout produit toxique. L’idéal est de les ranger à hauteur d’homme plutôt que d’utiliser les placards du bas. Même conseil concernant les médicaments. N’hésitez pas à investir dans des systèmes de fermeture à placards qui sont sécurisés.

L’ingestion accidentelle est l’une des causes les plus fréquentes d’accident après les chutes. Que ce soit en intérieur ou en extérieur, les enfants veulent combler leur curiosité, alors mettez tout ce qui est possible hors de leur portée. Tout est source de danger : les plantes, les médicaments et les produits toxiques. Les personnes âgées peuvent aussi être victimes de suffocation, d’asphyxies par le gaz à cause d’un oubli, ou encore d’ingestion de produits d’entretien ou de mauvais dosage de médicaments. Ici, c’est l’aménagement du logement qui va vous aider à minimiser les risques. Il ne faut pas hésiter à faire un état des lieux com-plet et à prendre les mesures nécessaires.

4. Être vigilant avec l’eau

Il suffit de quelques centimètres d’eau pour qu’un enfant se noie. Dans la moitié des noyades, les victimes ont en dessous de 6 ans. Une seule règle : dès qu’il y a de l’eau, que ce soit pour une baignade ou pour un bain, vous devez rester extrêmement concentré. Même un court instant peut être fatal ; alors ne laissez jamais votre enfant seul, peu importe les urgences à traiter !

Tapis antidérapants, barres de maintien dans la douche ou les W.-C., sièges de bain, bar-rières de protection et brassards de piscine ne sont pas des gages de sécurité. Ces systèmes existent pour renforcer la sécurité, mais ne remplacent en aucun lieu votre surveillance qui reste la meilleure chose pour éviter tout accident.

5. Connaître les premiers gestes de secours

Lorsque l’on veut parer à tout accident domestique, un seul mot : la prévention. Prévenir un accident grave, c’est aussi connaitre parfaitement les premiers gestes de secours avant d’appeler les urgences. Qu’il s’agisse par exemple d’une brûlure, d’une hémorragie ou d’un doigt coincé dans une porte, seuls le sang-froid et la réactivité sont de mises. Procéder aux gestes qui sauvent et appeler rapidement les secours peuvent faire la différence.

Les accidents domestiques sont, chaque année, en hausse constante. N’hésitez pas à opter pour tout accessoire de sécurité, sans oublier qu’une prévention en amont et une vigilance accrue sont vos meilleures alliées, surtout pour les enfants. Pour se prémunir, il existe toute une liste de précautions à prendre.

Découvrez-les dans notre article pour sécuriser une maison pour des enfants en bas âge.

Quels sont les points-clés à retenir pour prévenir au mieux les accidents du quotidien ?

  • Adaptez votre logement pour prévenir tout risque de chutes, brûlures, intoxications et noyades.
  • Mettez hors de portée les produits toxiques et les médicaments.
  • Quoiqu’il arrive, soyez vigilant et réactif !

COTE MAIF

Le contrat corporel Praxis Solutions propose des solutions quand le parent est immobilisé à la suite d’un accident ou quand il s’agit de l’enfant. Garde de l’enfant qui doit rester à son domicile ou accompagnement à l’école si le parent se trouve dans l’impossibilité de l’emmener. Un complément de revenus est versé au parent immobilisé, les frais restants suite à hospitalisation ou frais médicaux sont pris en charge.