« Rue de la Paix, j’achète ! », « Dans la famille Dupont, je voudrais la mère ! », « Le Docteur Moutarde, avec le couteau… », « Fromage Histoire ! », « Mot compte double » … La plupart de ces mots génèrent des images en chacun d’entre nous. Ils font partie de notre culture commune. Saviez-vous que la France était le plus gros marché du jeu de société d’Europe ?  

Un marché en pleine forme

Selon la Fédération française des industriels du jouet, le marché des jeux de société représentait 13,5 % de l’ensemble des ventes de jouets en 2016. Son chiffre d’affaires annuel atteint les 400 millions d’euros ! Les grands classiques continuent à bien marcher, ces valeurs sûres dont tout le monde connait les règles et qu’on aime transmettre à la génération suivante. Le secteur très créatif a fait émerger de nouveaux best sellers. Selon le site espritjeu.com, les stars de 2018 s’appellent Citadelles (ruse et intrigue), Codenames (espionnage), Unlock (aventures), Jokes de Papa (si tu ris tu perds), Dixit (imagination)…. Près de mille créations sont proposées chaque année.

Ils résistent malgré les jeux vidéo

La vague des consoles vidéo ne semble pas devoir entamer l’appétence pour les jeux de société. Et on doit sans doute s’en féliciter car les atouts de ces derniers sont évidents.
Ils proposent d’abord un moment d’échange « en vrai ». Sur un temps et un espace unique on est ensemble, autour d’un même projet. C’est précieux. Petits et grands peuvent partager au-delà des conventions sociales classiques.

Apprendre en s’amusant

Le jeu est formateur, notamment pour les plus jeunes. Ils y exercent leur capacité à se conformer à des règles, découvrent la nécessité du contrat social sans quoi tout part à vau-l’eau. Non, on ne peut pas tout jeter par terre dès lors que l’un de ses petits chevaux se fait rattraper, même à quelques cases de l’arrivée ! Chercher à se contrôler, faire bonne figure malgré tout, être content pour les autres, oui c’est possible. Il s’agit aussi de savoir se concentrer, évoluer en équipe, ériger des stratégies, faire preuve d’imagination… Autant de choses qui servent dans la vie.

L’adage selon lequel on apprend mieux en s’amusant se vérifie chaque jour autour d’un plateau de jeu de société. Ici, entre deux éclats de rire, on y travaille mine de rien sa mémoire, son aptitude au calcul mental, on teste sa culture et constatons souvent qu’elle est « bien ce qui reste quand on a tout oublié »…

Trésors à prix modérés

Et puis c’est un loisir peu coûteux. Dans ces périodes de budgets restreints, des plaisirs à prix modérés sont des trésors. Soit on ressort un grand classique du placard soit on est plusieurs autour d’un jeu qui aura coûté 40 euros pour les plus onéreux.