Qui va veiller sur l’enfant si les deux parents travaillent ?  Peut-on s’arrêter de travailler pour mieux aider son enfant ? Comment surmonter le traumatisme ? Découvrez comment l’assurance corporelle Praxis Solutions prévoit des services d’assistance et d’accompagnement pour l’enfant et les parents.

Quand les parents travaillent

Si les parents peuvent s’arranger pendant les premiers jours de l’accident, cela devient plus difficile dans la durée. Dans ce cas, le conseiller MAIF propose en fonction des besoins des parents, de leur environnement et de leur organisation familiale, des prestations adaptées à leur situation. Une garde au chevet de l’enfant et/ou une mise à disposition de notre service de téléassistance peut se mettre en place. Il est également possible de faire venir un proche au chevet de l’enfant (grand parent par exemple) avec prise en charge des frais de voyage aller-retour.

En cas d’incompréhension médicale

Une équipe de médecins se tient à la disposition des parents 24h/24. Sur un simple appel téléphonique, les parents peuvent demander des précisions pour une ordonnance ou un terme médical. Savoir à quoi peut correspondre un symptôme, définir le degré d’urgence d’une visite médicale et déterminer ce qu’il convient de faire en attendant l’arrivée du médecin. Enfin, les parents ont aussi la possibilité d’évoquer des préoccupations personnelles.

Soutenir psychologiquement enfant et parents

A la suite d’un grave accident, des traumatismes apparaissent qui doivent être traités. Un soutien psychologique est mis en place pour aider l’enfant directement touché mais aussi les parents, victimes indirectes, à surmonter le traumatisme et à se reconstruire.

Sur simple appel, un professionnel de l’écoute procède à l’évaluation des besoins. Suivant le diagnostic, des entretiens téléphoniques et/ou en face à face sont proposés. Leur contenu fait l’objet d’une totale confidentialité, conformément au Code de déontologie de la profession.

Accompagner un enfant gravement blessé

Le contrat Praxis Solutions prévoit le financement d’un congé d’un parent ou d’un proche de l’enfant. Le proche peut interrompre totalement ou partiellement son activité professionnelle pour assister l’enfant et lui apporter son soutien. Le seul but est de fournir de façon régulière, prépondérante et bénévole, des soins, un soutien matériel et moral à l’enfant.

En cas d’interruption des études, assurer la continuité de l’école

Des garanties permettent de faire face aux désagréments et/ou aux frais liés à l’interruption des études à la suite d’un accident corporel ou d’un aléa thérapeutique non indemnisable par l’organisme ONIAM (Office national d’indemnisation des accidents médicaux).

Les garanties s’adaptent suivant le niveau de scolarité de l’enfant au moment de l’accident. Pour les élèves du primaire et du secondaire, un service d’enseignement à domicile est proposé. Selon les cas et notamment pour les élèves qui suivent des études supérieures, des indemnisations peuvent être versées en cas d’interruption ou de perte d’année scolaire.