L’hospitalisation d’un enfant inquiète toujours l’entourage familial. la mise en place d’une organisation s’impose pour permettre aux parents d’être le plus souvent possible au chevet de leur enfant. La mise à disponibilité des proches par des prises de congés entraîne parfois une perte de revenus. Quelles sont les solutions à la disposition des parents pour accompagner leur enfant ?

Les jours d’absence

Tout salarié peut bénéficier de jours d’absence pour enfant malade. Ce congé non rémunéré est en principe de 3 jours par an. Il passe à 5 jours si l’enfant a moins d’1 an ou si le salarié a 3 enfants de moins de 16 ans. Certaines conventions collectives sont plus favorables sur le nombre de jours de congé et leur rémunération. Les agents de l’État travaillant à temps plein bénéficient de 6 jours rémunérés.

L’enfant est gravement malade

Parfois, la situation de l’enfant est plus grave et la présence des parents est indispensable. Deux congés non rémunérés sont à la disposition du père et de la mère de l’enfant.

Le congé de présence parentale permet aux parents de l’enfant malade de s’absenter pendant 310 jours ouvrés (soit 14 mois). Ces 310 jours s’étendent sur une période de 3 ans. Ce congé s’adresse aux salariés du privé et du public sous certaines conditions.

Les salariés du privé peuvent cesser leur activité pour assister leur enfant handicapé s’il est atteint d’une incapacité d’au moins 80%. Dans ce cas, ils optent pour un congé de soutien familial d’une durée de 3 mois renouvelable dans la limite d’un an.

Des congés à détourner de leur utilisation première

Sans lien direct avec la santé de l’enfant, le congé sabbatique ou le congé sans solde sont d’autres alternatives pour les parents. Le premier est soumis à des conditions d’ancienneté et sa durée est de 6 à 11 mois. L’employeur peut le refuser si le salarié ne remplit pas les conditions d’ancienneté ou ne respecte pas le délai pour en faire la demande. Dans les entreprises de moins de 200 salariés, si le congé porte atteinte à la bonne marche de l’entreprise, un refus peut également être opposé. Le congé sans solde se négocie avec l’employeur qui n’est pas tenu de l’accorder.

À noter : Pour les fonctionnaires, ces congés prennent la forme d’une mise en disponibilité de 3 ans maximum, renouvelable.

Bon à savoir

La loi du 9 mai 2014 autorise les salariés à renoncer anonymement et sans contrepartie à des jours de repos au bénéfice d’un collègue dont l’enfant est gravement malade, après accord de l’employeur. Cette possibilité est également ouverte aux agents publics de l’État depuis le 30 mai 2015.

COTE MAIF

Si l’enfant est longuement immobilisé à la suite d’un accident de la vie quotidienne, le parent peut bénéficier d’une aide à la disponibilité d’un proche grâce au contrat Praxis Solutions. Cette prestation permet au parent d’interrompre totalement ou partiellement son activité professionnelle pour rester près de son enfant. Le parent est ainsi disponible pour apporter à son enfant gravement accidenté un soutien moral et physique qui lui permettra d’être mieux accompagné.