Pas question d’oublier l’école lorsque son enfant est hospitalisé pour une période assez longue. L’enfant qui poursuit sa scolarité oublie un temps sa maladie. Il a l’impression de continuer à vivre normalement, presque comme ses copains de classe. Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour l’aider lui et sa famille.

13000 jeunes à l’école de l’hôpital

Tous les enfants accueillis à l’hôpital pour plus de 3 semaines poursuivent leur scolarité au sein des hôpitaux et des établissements de soins. 13000 jeunes par an en bénéficient selon le ministère de l’Éducation nationale. 800 enseignants spécialisés dispensent leurs cours dans la chambre des jeunes patients. Quand ils peuvent se déplacer, une salle de classe leur est spécialement aménagée dans le service.

Les enseignements se font en coopération avec l’équipe éducative et les camarades de classe de l’élève grâce aux Espaces Numériques de Travail (ENT). Toute rupture avec l’établissement scolaire d’origine est ainsi évitée.

Les établissements scolaires spécialisés

Après l’hôpital, la réintégration de l’école, du collège ou du lycée reste parfois difficile du fait de la fragilité de l’élève. Dans ce cas, ce sont des établissements scolaires spécialisés qui les accueillent. Selon les régions, ces écoles sont publiques ou privées conventionnées. L’enseignement dispensé y est adapté et l’enfant suit un cursus normal du CP au CM2 ou de la 6e à la Terminale.

Pour inscrire leurs enfants dans ce type d’établissements, les parents doivent contacter la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Cette commission siège au sein de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), le guichet unique du handicap en France.

En cas de difficulté passagère ou plus durable, le Centre national d’enseignement à distance (Cned) peut également venir en appui.

Passer ses diplômes à l’hôpital c’est possible

L’Éducation nationale adapte chaque année les conditions pour permettre à ces jeunes de passer les examens et concours de l’enseignement scolaire et supérieur :

  • le diplôme national du brevet,
  • les épreuves anticipées du baccalauréat,
  • le bac général et technologique,
  • le BEP et le Bac Pro.

Les examens sont spécialement aménagés pour les élèves scolarisés dans un établissement de soins comme pour les élèves inscrits en candidat libre. Les parents font la demande d’aménagement au médecin responsable du service médical attaché à la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale. Il donne un avis médical et transmet sa décision à la MDPH. Celle-ci établit les besoins et décide des aménagements possibles en concertation avec la famille.

Bon à savoir

De très nombreuses associations œuvrent dans les hôpitaux et à domicile pour aider les élèves malades, accidentés ou handicapés. Elles sont regroupées au sein de la Fédération pour l’Enseignement des Malades à domicile ou l’Hôpital (FEMDH). Cette fédération, reconnue d’utilité publique, est agréée par le Ministère de l’Éducation nationale et dispose de 65 antennes partout en France.