L’arrivée d’un enfant peut bousculer des certitudes ; la pression familiale peut également être décisive. Une expérience  précédente ou un rejet des conventions préside parfois au choix ou au non choix. Mais la vision romantique des débuts prendra une toute autre tournure des années plus tard en cas de séparation.

Quel que soit le choix retenu, le statut matrimonial recouvre des réalités peu ou mal connues. Il peut s’avérer lourd de conséquences en cas de divorce ou lors de la disparition de l’un des conjoints.

C’est vrai pour les économies du foyer, pour un bien immobilier acheté en commun. En cas de séparation ou si l’un des parents disparaît, le sort des enfants s’avèrera encore plus compliqué.

A l’intérieur du régime matrimonial proprement dit, nombreux sont ceux qui en ignorent les subtilités. Pour les couples mariés, les termes « communauté légale » et « communauté universelle » recouvrent des différences notables. Pour les couples pacsés,  que signifient, « séparation de biens » ou « régime d’indivision » ?

Ces différences peu ou mal maîtrisées demandent à être approfondies puisque bien connaître le détail du statut de son couple peut  aider à préparer l’avenir en restant zen.