De même qu’on ne laisserait pas nos jeunes ados partir tout seul en forêt, ou se balader dans les artères grouillantes d’une mégalopole, il faut les accompagner dès lors qu’ils s’embarquent sur le web. Bon, il faut raison garder tout de même, le mal ne va leur sauter au visage dès la première connexion, mais à l’usage, sans prendre de risque inconsidéré, le jeune peut se retrouver en situation de malaise.

Le site du ministère de l’intérieur, internet-signalement, préconise d’éduquer ses enfants à la prudence en leur transmettant des règles simples sur le web et qui plus est sur les réseaux  : ne jamais donner d’informations personnelles (adresse, téléphone), ne pas organiser de rencontre avec une personne contactée en ligne, sans en avoir parler avec ses parents…

Un phénomène de groupe

Le harcèlement en milieu scolaire porte trois caractéristiques : la violence verbale ou physique, la répétition sur une longue période et l’isolement de la victime. C’est un phénomène de groupe : le harceleur parvient à faire de ses camarades témoins, des complices de leur action. La victime, qui ne trouve pas d’empathie chez ses pairs, tait son malheur.

Le phénomène trouve toute sa morbide expression sur les réseaux sociaux. L’immensité du terrain, l’interactivité, l’anonymat facilité, le multimédia à disposition… Tout cela favorise ce type de comportement.  4,5 % des collégiens subiraient le cyberharcèlement.

Prudence et dialogue

Une attitude prudente donnera moins de prise aux agresseurs potentiels. Afin d’exercer leur pression malsaine, les harceleurs peuvent utiliser des informations compromettantes, ou devenues telles, que votre adolescent aurait lui-même posté sur le web.  Le premier conseil à lui donner serait sans doute la prudence en amont, afin qu’il ne fournisse pas lui-même les munitions à ces agresseurs.

Les parents doivent rester vigilants quant à l’utilisation des réseaux sociaux par leur enfant et maintenir les conditions du dialogue. Plus tôt il confiera ses problèmes, plus tôt vous pourrez couper court à l’agression.

Quoi qu’il en soit, vous n’êtes pas seul. A l’école, votre enfant est sensibilisé à la question du harcèlement. C’est un volet de l’enseignement du numérique. Le ministère de l’éducation nationale travaille en partenariat avec diverses structures comme l’association e-enfance. Les particuliers peuvent recevoir une assistance en utilisant leur numéro vert Net écoute : 0800 200 000.

Sources : internet-signalement.gouv.fr – e-enfance.org