Notre culture ne nous aide pas. Quand un aîné évoque le sujet de son décès, on préfère bien souvent sourire et détourner la conversation, par pudeur ou sans doute un peu effrayé par les perspectives.
Des informations essentielles et intimes sont pourtant à recueillir du vivant de la personne.

A-t-elle des souhaits particuliers quant au devenir de son corps ?
Quelle cérémonie funéraire lui correspondrait le mieux ? Religieuse ou non ?

Sans dramatiser le propos, il s’agit simplement de mettre en place les conditions de l’expression, à l’occasion d’une réunion familiale, en tête à tête sur le mode léger de la conversation… Votre parent peut aussi avoir confié ses volontés à un autre proche, dans un moment privilégié. Ou alors a-t-il déjà effectué des démarches de son côté et reste discret pour ne pas vous heurter ? A-t-il contacté un prestataire funéraire, réservé un emplacement au cimetière ? Envisage-t-il de donner son corps à la science ? Ou est-il opposé à l’idée du don d’organes ?

Le cas échéant, instaurer un dialogue apaisé sur ce sujet incitera la personne à s’interroger tranquillement, à distance des moments qu’il préfère occulter.
Communiquer, c’est déjà lever un tabou et s’épargner bien des doutes pour « ce plus tard possible ».

La petite enquête bienveillante menée en amont auprès de votre parent, apportera beaucoup au moment du décès en termes de sérénité. Etre assuré d’agir en respectant les volontés exprimées du défunt est une profonde satisfaction. Organiser des obsèques à l’image du défunt donne du sens à ce moment.

Un dossier avec « les papiers »

Et il y a aussi le volet « papiers ». Cette dimension administrative qui se prolongera six mois voire un an après le décès. Là aussi l’anticipation a du bon et n’est pas très difficile à mettre en place. Elle peut simplement consister à demander à votre parent de constituer un dossier rassemblant les documents de toute nature : le contact du médecin, les comptes bancaires, les coordonnées du propriétaire du logement, le contrat de la femme de ménage etc. Le moment venu, quand il faudra prévenir chacun, ces facilités seront d’un grand secours, toujours dans le but d’agir avec le maximum de clairvoyance et de sérénité malgré les circonstances.

Côté MAIF

Avec le contrat obsèques SOLLICITUDES de la MAIF, de nombreux services sont proposés aux proches pour les aider à surmonter l’épreuve du deuil. Accéder facilement aux dernières volontés du défunt, être accompagné dans les démarches administratives, bénéficier d’un soutien psychologique…