Son activité professionnelle de même que son quotidien s’en trouveront affectés durablement. Et dans certains cas, la personne peut être contrainte d’arrêter définitivement de travailler. De quoi entraîner une baisse conséquente de revenus.

Pour combler en partie ce manque à gagner, des indemnités ont été prévues et mises en place par les régimes obligatoires de protection sociale. Si la personne présente une incapacité partielle à travailler ou une invalidité totale empêchant la reprise de toute activité, la nature et le niveau des prestations sociales versées seront différents. Ces pensions ou allocations varient aussi en fonction du statut professionnel.

Des prestations en cas d’accident non professionnel

Un fonctionnaire peut être mis en retraite anticipée si l’administration n’a pu trouver un autre emploi correspondant à ses aptitudes physiques. Le montant de sa pension sera calculé dans les mêmes conditions que la pension de retraite du fonctionnaire apte, sur la base de son traitement perçu depuis au moins 6 mois.

Les salariés bénéficient, pour leur part, de différentes prestations sociales. Il existe une allocation adulte handicapée (AAH), dont le montant maximum est de 800,45 euros par mois. Elle est octroyée si le demandeur a un taux d’incapacité permanente d’au moins 80% et si ses ressources n’excèdent pas 9 605,40 euros par an. Si sa capacité de travail ou de gain est réduite d’au moins deux tiers, le salarié peut prétendre à une pension d’invalidité ; son montant mensuel varie entre 281,66 euros et 1 585 euros, selon si l’individu peut continuer ou non à travailler.

En ce qui concerne les commerçants et artisans, ils bénéficient d’une pension annuelle égale à 30% de leur revenu annuel moyen en cas d’incapacité partielle à l’exercice de leur métier. Si leur invalidité est totale et définitive, la pension est plus importante, elle atteint 50% du revenu annuel moyen.

Des prestations en cas d’accident du travail

Les salariés du secteur privé victimes d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle entraînant des séquelles peuvent obtenir une compensation financière pour Incapacité Permanente Partielle (IPP). Si le taux d’IPP est inférieur à 10%, le salarié percevra un capital versé en une fois, qui peut atteindre 4.101,86 euros. Si l’IPP est égal ou supérieur à 10%, il bénéficiera d’une rente jusqu’à son décès.

En cas d’invalidité partielle liée à une maladie professionnelle, les fonctionnaires perçoivent une allocation temporaire d’invalidité (Ati). Attribuée pour 5 ans et révisable ensuite, cette allocation est cumulable avec leur rémunération.

Des majorations si besoin d’assistance

Lorsqu’il devient compliqué, voire impossible d’accomplir seul les différents actes de la vie courante, comme se lever, se vêtir ou s’alimenter, le recours à une tierce personne apparaît indispensable. Pour faire face aux frais qu’entraîne une aide à domicile, les salariés bénéficient de 1.103,08 euros par mois, en plus de leur pension d’invalidité.

Les fonctionnaires ont droit à une augmentation de leur pension de retraite pour invalidité, égale à 1.156,90 euros par mois.

Quant aux artisans et aux commerçants, leur pension est majorée de 13.236,98 euros par an.

Pour aller plus loin, des fiches pratiques détaillent les montants et les durées d’indemnisation en fonction des statuts professionnels et des taux d’incapacité de travail.