Le logement de l’étudiant

C’est l’un des postes budgétaire les plus lourds. Heureusement, l’étudiant peut obtenir une aide financière de la Caisse d’allocation familiale (Caf) pour son nouveau logement. Pour un appartement loué seul ou en colocation, vide ou meublé, une allocation logement ou une Aide Personnalisée au Logement (APL) est possible.

Pour en bénéficier, les revenus des parents ne sont pas pris en compte même si l’aide financière peut avoir une incidence pour eux. En effet, le jeune étudiant qui en bénéficie ne peut plus être compté à la charge de ses parents pour l’attribution des allocations familiales et des autres prestations délivrées par la Caf. C’est donc un calcul à anticiper par la famille.

 

À noter

Les étudiants boursiers peuvent avoir accès au logement universitaire. Pour se renseigner il suffit de se rapprocher du Crous (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires). Depuis la page d’accueil du site Internet www.crous.fr une carte de France indique les coordonnées des différents Crous.

 

Une assurance obligatoire

Pour un locataire l’assurance dite « des risques locatifs » est indispensable. Très souvent, les propriétaires exigent cette attestation d’assurance avant la remise des clés du logement. Cette garantie couvre les dommages éventuellement causés au logement par un incendie, une explosion ou encore un dégât des eaux. La plupart des assureurs proposent des contrats « spécial étudiants ».*

 

Le remboursement des soins

Les étudiants dépendent de la « Sécurité sociale étudiante ». Au moment de leur inscription administrative dans l’établissement d’enseignement supérieur (BTS, IUT, université…) ils choisissent également une mutuelle étudiante :

  • soit La Mutuelle Des étudiants (LMDE) : www.lmde.com
  • soit une des mutuelles étudiantes de proximité, membres du réseau national emeVia : www.emevia.com

Auprès de l’une ou l’autre, ils obtiendront la part des dépenses de santé prise en charge par la Sécurité sociale.

 

À savoir

Pour leur complémentaire santé, les étudiants peuvent souvent continuer à bénéficier de la mutuelle de leurs parents jusqu’à un âge qui varie selon les assureurs ou mutuelles (souvent 21 ans).

 

Deux options pour l’impôt sur le revenu des parents

S’il a moins de 25 ans (au 1er janvier 2015, pour l’imposition des revenus de 2015), l’étudiant demeure à la charge financière de ses parents. Ils peuvent le rattacher à leur foyer fiscal et l’étudiant compte dans le nombre de parts de quotient familial. Ce rattachement permet aux parents de bénéficier d’une réduction d’impôt supplémentaire de 183 €.

Les parents peuvent choisir d’opter pour la déduction d’une pension alimentaire. Dès lors, l’étudiant n’est pas rattaché au foyer fiscal de ses parents et fait sa propre déclaration de revenus. Les parents portent dans leur propre déclaration de revenus le total des dépenses engagées pour leur enfant (loyer, frais d’études, assurance…). Ces dépenses sont retenues dans la limite de 5726 € par an pour l’imposition des revenus de 2014 (déclaration de 2015) et le montant déclaré sera déduit de leurs revenus par les services fiscaux pour le calcul de l’impôt.

 

Les effets sur la taxe d’habitation des parents

Pour son propre logement, l’étudiant paye la taxe d’habitation. S’il reste à charge de ses parents, ces derniers bénéficient d’un abattement de 10% pour charge de famille pour le calcul de leur propre taxe d’habitation. Pour cela, l’étudiant figure nécessairement sur leur déclaration de revenus et ne fait pas sa propre déclaration.

*Par exemple,  La MAIF, propose un tarif attractif pour l’ajout d’un logement étudiant sur le contrat des parents.

Côté MAIF

La MAIF propose un tarif avantageux pour l’ajout d’un logement étudiant sur le contrat du parent assuré.  Tout est inclus : responsabilité civile étudiante, smartphone, tablette, instrument de musique …

Si son parent détient en plus l’assurance corporelle Praxis Solutions, l’étudiant sera également couvert sans surcoût en cas d’accident de la vie courante quel que soit le lieu où il se trouve : chez lui, chez ses parents, en France ainsi qu’à l’étranger pour les séjours n’excédant pas un an.