Inondations, tempêtes, séismes … Heureusement, ces situations catastrophiques – même si on a le sentiment qu’elles se répètent – gardent un caractère exceptionnel. On pense notamment aux Antilles touchées par des vents ultra-violents au début du mois de septembre 2017. En plus du désastre, c’est leur dimension inattendue et brutale qui rend ces cataclysmes si dangereux. Difficile de s’y préparer réellement. Pourtant on dit que beaucoup de choses se jouent dans les premières heures. La réaction de proximité est primordiale pour sauver ce qui peut l’être et organiser la survie.

ShareEntraide : un pont entre sinistrés et aidants

Est-il possible d’atténuer les impacts d’une catastrophe, pour soi et pour les autres ? A cette question, la MAIF prend les devants et répond « Oui ». En 2016, elle a mis en place la plateforme ShareEntraide gratuite et ouverte à tous. Un outil numérique – site internet accessible également sur mobile, page Facebook et compte Twitter- qui connecte les victimes et des personnes susceptibles de les aider dans les conditions de chaos. Aux Antilles, après le passage de l’ouragan Irma, le réseau participe à l’organisation de l’entraide bénévole de proximité.

Comment fonctionne ShareEntraide ?

Le principe est d’anticiper, en rassemblant des personnes volontaires au sein d’une base de données dûment renseignée. La communauté ainsi créée est discrète et silencieuse quand tout va bien, puis se révèle en cas de nécessité. On peut aussi s’inscrire dans l’urgence, lorsque les besoins sont immédiats, car la plateforme est réactive.

Quand ShareEntraide passe en mode action, il suffit de se connecter – sur son smartphone, son ordinateur  – et de lancer ses appels au secours ou faire ses propositions d’aide gratuite : prêt de matériel, don de vêtements, coup de main divers, hébergement…

ShareEntraide : le meilleur du numérique

Fidèle à une conception très collaborative et solidaire de la société, la MAIF exploite ce que le numérique peut avoir de meilleur, de désintéressé. Ce service non-marchand s’appuie sur le réseau des sociétaires de la mutuelle mais s’adresse à tout le monde. Il est déjà riche de plusieurs milliers de personnes.

Côté MAIF 

Si le vent atteint ou dépasse 145 km/heure en moyenne sur dix minutes ou 215 km/heure en rafales, les biens immobiliers et mobiliers endommagés sont couverts par le contrat habitation de la MAIF avant même la parution d’un arrêté interministériel constatant l’état de catastrophe naturelle.

Avec le contrat corporel Praxis Solutions, un soutien psychologique est prévu pour aider la victime ainsi que ses proches à surmonter le traumatisme et à se reconstruire. Les prestations sont adaptées aux demandes : mise en relation téléphonique avec un professionnel de l’écoute et/ou au suivi psychologique via des entretiens en face-à-face avec un psychologue clinicien.