Le smartphone est devenu une extension corporelle et psychique de notre corps. Dans les cas les plus extrêmes, la connexion permanente peut même se traduire par l’apparition de nouvelles pathologies.

Les dépendances numériques, un problème de société…et de santé

On parle de nomophobie pour désigner la peur excessive d’être séparé de son smartphone. L’angoisse liée à la crainte de rater quelque-chose (une notification, un email, une publication sur un réseau social) a un nom : Fear of Missing Out (FoMO). Quant au manque d’attention lié à l’utilisation du smartphone, il s’agit du phubbing.

Les cadres sont parmi les premiers concernés. 78% d’entre eux se disent sollicités par leur travail en-dehors des horaires d’après une enquête Cadreo. Mais ce ne sont pas les seuls. Un tiers des Français se sent soumis à la pression des outils numériques d’après un rapport de l’Institut Great Place To Work. Même les plus jeunes en font les frais. On a en moyenne 13 ans lorsque l’on reçoit son premier smartphone avec accès à Internet et aux réseaux sociaux selon Orange.

Et cette tendance n’est pas près de s’éteindre. En 2023, selon Deloitte, les utilisateurs interagiront 65 fois par jour en moyenne avec leur smartphone contre 50 fois en 2017.

Réapprendre le lien social : comment réellement déconnecter des réseaux pour mieux se reconnecter aux choses essentielles ?

Alors, comment éviter l’overdose ? Profitez de vos vacances pour vous recentrer sur l’essentiel : votre santé et votre bien-être, vos loisirs sportifs et culturels, vos proches… Apprenez aussi à vous débarrasser des prétextes du type « je n’ai pas le temps » ou « je ne pratique pas assez cette activité ». On dit souvent que ce n’est pas la quantité mais la qualité des moments qui prime. Le plaisir que vous aurez à peindre ou faire une balade en forêt sera le même, quelle que soit la fréquence.

Les bénéfices de la déconnexion se mesurent à tous les niveaux : pour soi, le couple, la famille voire l’entreprise. Elle offre une vraie récupération, un lien social renforcé… mais aussi une meilleure efficacité au travail. L’hyperconnexion pourrait ainsi faire perdre jusqu’à 28% de productivité.

Au-delà des vacances, comment continuer la déconnexion toute l’année ?

Même après les vacances, il est conseillé de se ménager des temps de respiration, souvent salutaires. « Le monde va trop vite, prendre son temps est aujourd’hui devenu un acte de résistance. », explique ainsi l’entrepreneure et consultante Fanny Auger, adepte du slow life.

Le but de tout cela ? Parvenir à s’affranchir de l’ultra-connexion et de la course permanente après le temps en choisissant soi-même ses limites. Séance de natation, massage hebdomadaire, dialogue avec un coach : il faut savoir se donner du temps pour penser et planifier ses futurs moments de vie.

5 astuces pour déconnecter

  1. Evaluez sur 1 semaine le temps que vous passez sur votre smartphone : surprise garantie !
  2. Ne réagissez plus instantanément à vos messages mais fixez-vous un délai de réponse minimal.
  3. Activez le mode avion de votre smartphone au moins 2h par jour.
  4. Osez l’ennui : chaque instant ne doit pas obligatoirement être rempli, il faut savoir respirer.
  5. Faites confiance à vos sens et votre mémoire : inutile de tout capter à travers une photo ou une vidéo.

COTE MAIF

L’usurpation d’identité et l’atteinte à l’image et à la vie privée notamment sur les réseaux sociaux sont couvertes par le contrat Protection juridique Accès de la MAIF. Ce contrat prend en charge jusqu’à 20 000 € l’ensemble des démarches mises en œuvre par nos juristes ainsi que les frais engagés avec notre accord, dont les frais de procédure.