Choisir la bonne destination

Le premier élément à prendre en compte est le choix de la destination. Certaines sont en effet plus ou moins conseillées pour des enfants en bas âge, les tout-petits n’étant pas friands de changement d’environnement. C’est pourquoi, lors de vos premiers trajets avec un jeune enfant, préférez ceux à 3-4 heures de voiture de votre domicile.

Notons qu’en France, certaines zones sont à éviter. Le Sud, par exemple, n’est pas conseillé par temps de canicule en raison des risques de déshydratation. La montagne présente des risques à cause du froid l’hiver et, toute l’année, des dangers liés à l’altitude. Face aux différences de pression qu’elle entraine, certains pédiatres recommandent fortement de ne pas dépasser 1 200 m avant l’âge de un an et 1 800 m avant deux ans. Toutefois, si vous souhaitez vous y rendre, quelques précautions doivent être respectées : roulez à faible vitesse (maximum 50 km/h) pour habituer l’organisme, et notamment les oreilles, à la pression. Pensez à donner à votre enfant une sucette ou un biberon de temps en temps pour l’aider à déglutir (réflexe en altitude encore non acquis chez les tout-petits). Et si votre enfant semble gêné malgré tout, faites des pauses de 10 à 15 minutes tous les 200 m de dénivelés.

Enfin, si vous souhaitez partir hors des frontières, privilégiez les zones « baby-friendly ». Évitez ainsi les pays dont la température excède 30 °C, source de gastro-entérites et de déshydratation. Il est aussi plus prudent de renoncer aux pays où les risques de fièvre jaune, paludisme, sont réels. Le Quai d’Orsay met à la disposition des voyageurs des fiches pays pour les accompagner dans le choix de leur destination http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs.

Vous partez à l’étranger : ayez le réflexe Ariane ! Enregistrez votre voyage sur le portail mis en place par le Ministère des Affaires étrangères. Dans le cas d’un événement climatique, sanitaire ou géopolitique, les autorités peuvent plus rapidement mettre en place votre rapatriement, prévenir vos familles et les rassurer.

Trouver le bon moyen de transport

Pour les trajets en voiture ou en train, les biberons doivent être préparés et maintenus à température dans un récipient isotherme ou grâce à un chauffe-biberon de voiture. N’oubliez pas non plus, pour éviter les coups de chaleur lors de longs trajets, de vous équiper de biberons d’eau ou de solutions de réhydratation. Les trajets en avion sont déconseillés pour les tout-petits de moins de 3 semaines et en cas d’otite. Adoptez les bons gestes au décollage et à l’atterrissage, en misant sur la succion. En lui donnant une tétine ou un biberon, vous protégerez ainsi les oreilles de votre tout-petit.

Côté administratif, quelles formalités ?

Si vous restez au sein de l’Union européenne, la carte nationale d’identité de votre enfant (réalisable dès sa naissance) sera suffisante. Sinon un passeport valide au nom de votre enfant sera nécessaire pour voyager. Attention à sa date de validité, certains pays comme les États-Unis demandent des passeports valables encore 6 mois après la date d’entrée dans le pays. À noter : il est vivement recommandé d’emporter le livret de famille et une copie de l’acte de naissance de votre enfant.

Bon à savoir, une autorisation de sortie du territoire est indispensable si votre enfant voyage avec d’autres personnes que vous, ses grands-parents par exemple.
Pour ce faire, vous devez compléter le formulaire cerfa n° 15646*01, disponible et directement téléchargeable sur le site officiel du Service public.

Et côté santé ?

Avant le départ en vacances, il est préférable de vérifier auprès de votre pédiatre que les vaccins de votre bébé sont à jour. En effet, depuis le 1er janvier 2018, le calendrier vaccinal a profondément été modifié. À présent, 11 vaccinations sont obligatoires. Besoin d’une petite piqûre de rappel sur les dates clés ? Consultez le guide complet de la nouvelle politique de vaccination, mis à disposition par le Ministère des Solidarités et de la Santé.

Dans la trousse de secours, pensez à prévoir les indispensables : pansements, thermomètre, analgésiques, etc. Si vous partez dans un pays chaud, il faut ajouter des comprimés pour stériliser les biberons (stérilisation à froid), des sachets de réhydratation recommandés par l’OMS, des antipyrétiques pour faire tomber la fièvre ainsi que, bien entendu, la notice pédiatrique de ces médicaments.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Institut Pasteur dans la rubrique « Préparer son voyage » ; vous y trouverez des informations pour préparer votre départ et les recommandations à suivre.

COTE MAIF

Avec le contrat Praxis Solutions de MAIF, la famille bénéficie d’un rapatriement en cas d’accident corporel ou de maladie en France comme à l’étranger. Les frais médicaux et d’hospitalisation engagés sur place sont pris en charge à concurrence de 80 000€ (sous réserve que le bénéficiaire ait la qualité d’assuré auprès d’un organisme d’assurance maladie.