Il fait froid. On tousse, on renifle dans les crèches et les cours de récréation. Pourtant, même si les températures descendent, les enfants ont envie de s’égayer dehors. Et si en plus, il y a de la neige, plus rien ne peut les arrêter ! A nous de prévenir les risques qu’encourent les enfants face au froid, en les laissant profiter au maximum de la saison.

Fatigue et blessures dues au froid

La dépense d’énergie supplémentaire pour résister au froid, rend potentiellement plus vulnérable aux chutes et aux blessures. Les enfants sont plus fatigués l’hiver. Les accidents des enfants sont plus fréquents. Surtout quand les intempéries transforment l’environnement, qui devient plus « hostile » : brouillard, vent, humidité, gel… La prévention élémentaire consiste à surveiller l’espace dans lequel évoluent les enfants.

La nature des jeux d’hiver – le patin à glace, la luge, le ski et même les batailles de boules de neige – exposent les enfants aux blessures. Entorses, fractures, hématomes font partie des bagages de la saison. Veiller à la condition générale de l’enfant contribue à le protéger.

Bien habiller les enfants l’hiver

Lorsqu’il fait froid, le corps d’un enfant doit fournir des efforts supplémentaires pour maintenir sa température à 37°C. Pour résister au froid, la première des barrières c’est un habillement efficace.

Pour bien couvrir un enfant l’hiver, l’idéal est de superposer des couches de vêtements, plutôt qu’utiliser un seul gros manteau épais. C’est la technique dite de «   l’oignon   » : la circulation de l’air entre les épaisseurs renforcent la protection des enfants face au froid. De plus les petits peuvent, éventuellement, se défaire d’une couche et éviter de trop transpirer en cas d’activité intense. Un bonnet, des gants et des chaussures épaisses complètent le dispositif de précaution pour les enfants l’hiver.

La question des nourrissons

Les très jeunes enfants peinent à s’adapter aux attaques du froid. Ils perdent plus rapidement leur chaleur corporelle. Leur régulation thermique est encore immature. Pendant les huit premières semaines de sa vie, le bébé est très sensible aux variations ; il n’atteindra la véritable maturité thermique qu’à l’âge de deux ans.

Il faut donc être particulièrement vigilants aux phénomènes d’hypothermie  chez les jeunes enfants, l’hiver. L’idéal serait de les maintenir à l’intérieur. Mais bon, en cas de nécessité, il faut bien couvrir le bébé, la tête et les extrémités en priorité. Quand il fait froid, les vaisseaux sanguins de l’enfant se rétractent, les extrémités sont moins bien irriguées. Autre précaution à prendre pour les enfants l’hiver  : éviter les transports en poussette dans lesquels les bébés sont sanglés, ce qui comprime les jambes. Mieux vaut opter pour un landau, couvert, protégé. Oui, un peu comme pour une sortie dans l’espace.