Le Plan d’Accueil Individualisé pour les troubles de la santé

Tout enfant ou adolescent atteint de troubles de santé invalidants (allergies, asthme, intolérance alimentaire…) nécessitant un aménagement peut bénéficier d’un Plan d’Accueil Individualisé (PAI).

Ce PAI est mis en place avec le médecin de l’éducation nationale, le médecin traitant de l’enfant, les parents et le directeur de l’école. Ce document écrit précise le régime alimentaire à respecter, les aménagements d’horaires, les dispenses pour certaines activités…

En dehors de ces aménagements, la scolarité de l’enfant se déroule dans les conditions ordinaires. Le PAI est élaboré en général pour une année scolaire complète et peut être reconduit l’année suivante.

Un accompagnement spécifique pour les troubles de l’apprentissage

Les enfants atteints de troubles des apprentissages peuvent également bénéficier d’un Plan d’Accompagnement Personnalisé. Destiné essentiellement aux élèves présentant des troubles du langage : dyslexie, dyspraxie, dysphasie… il est mis en place sur proposition du conseil de classe ou du conseil des maîtres.

Handicap : le Projet Personnalisé de Scolarisation

L’intégration à l’école passe souvent par un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) élaboré par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) à la demande des parents. Ce PPS définit le déroulement de la scolarité de l’enfant. Il précise les différents accompagnements dont l’enfant a besoin, le matériel adapté à sa situation et les aménagements pédagogiques nécessaires.

À noter

En l’absence de PPS, l’établissement a l’obligation d’accueillir l’élève dans les mêmes conditions que les autres élèves avec d’éventuels légers aménagements.

Bénéficier d’un accompagnement humain

L’enfant en situation de handicap peut être aidé pour accomplir certaines tâches ou certaines activités par un Accompagnant d’Élève en Situation de Handicap (AESH). Les parents en font la demande auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) dans le cadre du Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS).

Le rôle et le nombre d’heures de l’accompagnant auprès de l’élève est défini dans ce même Projet Personnalisé de Scolarisation. Le rectorat est en charge du recrutement et de l’attribution de l’accompagnant. L’inscription de l’élève dans l’établissement scolaire n’est pas liée à la présence de l’accompagnant.

Des classes spécifiques pour remplacer l’enseignement classique

Implantées dans un établissement scolaire ordinaire, les ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) accueillent des élèves qui ne peuvent pas suivre l’enseignement classique. Ils reçoivent un enseignement adapté à leur handicap et partagent certaines activités avec les autres élèves.

Les classes ULIS existent pour l’école primaire, le collège et le lycée. Elles accueillent un nombre limité d’élèves. L’orientation vers une classe ULIS est décidée au niveau de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS).

COTE MAIF

Lorsqu’un enfant reste handicapé à la suite d’un accident de la vie quotidienne, le contrat Praxis Solutions permet la mise en place d’un dispositif très complet ; des aides financières et pratiques sont prévues pour accompagner l’enfant et ses proches.

Une indemnisation de la perte d’une année scolaire est versée si l’enfant a été empêché de se rendre à un examen sanctionnant l’année d’étude.

D’autres mesures sont mises en place comme l’intervention d’un ergothérapeute, d’un travailleur social, l’assistance d’une tierce personne, d’un service de téléassistance ; sont également prévus l’aménagement de la chambre et/ou du logement pour que l’enfant puisse vivre convenablement dans sa maison. Une indemnisation financière est versée en fonction du taux d’incapacité permanente fixé à la suite de l’accident.